Bonjour à tous,

Le vieillissement d’un kit consiste à lui donner un aspect opérationnel, très usé, dégradé ou même hors d’usage. De nombreux de maquettistes maîtrisent parfaitement l’ensemble de ces techniques.

Je tenais à vous faire part des techniques que j’utilise sans aucune prétention…. Chacun d’entre nous possède ses propres méthodes. Voici une petite base qui je pense pourra servir à ceux qui veulent se lancer dans le weathering….

Il faut prendre en considération que l’on ne vieilli pas un sujet « au hasard »… Il conviendra dans un premiers temps de se documenter sur votre modèle afin de déterminer à quels endroits de votre kit vous aller appliquer ces méthodes.

Un peu partir sur 04 techniques de base pour effectuer du Weathering sur un modèle. Il s’agit :

Des Jus et Lavis -- Le drybrush -- Les éraillures et La micro peinture -- Les salissures générales.

 Les jus / Lavis :

Les jus seront appliqués uniquement dans les lignes de structures ou les parties creuses des kits afin de donner du relief à votre modèle. Les lavis seront appliqués sur l’intégralité du modèle afin de fondre les couleurs entres elles.

 Matériels nécessaires : Petit pot / Pinceau « 000 » / Brosse plate souple / Essence F / Linge doux propre / Coton tiges.

2   3 4

Les huiles : J’utilise ces couleurs en général mais vous pouvez en trouver d’autres : Terre Ombre brûlée / Terre de sienne naturelle / Sépia (vous trouverez de la peinture à l’huile en tube dans tous les magasins de loisirs créatifs. Pas vraiment la peine d’acheter des marques chères car comme vous allez le voir, on l’utilise très diluée.

 

5  6 7

La préparation :

Personnellement, je n’utilise que des peintures à l’huile pour les jus et les lavis. Il existe également des lavis prêt à l’emploi dans des marques spécifiques. A mon sens, l’avantage d’avoir ses propres huiles permet de faire des mélanges et obtenir vraiment les teintes que l’on désire….

 

LE JUS :

Utilisant de la peinture à l’huile, la dilution se fera toujours à l’essence F. Cette essence très volatile permet par capillarité de se répandre très facilement dans les lignes de structure. La préparation est très simple, un mélange de 20% peinture pour 80 % essence F (à vue d’œil !!).

De toute façon si vous diluez de trop, vous allez vous apercevoir très vite que votre jus est invisible (pas de pigments ou très peu) et que vous appliquez uniquement de l’essence F. La consistance doit être identique à celle de l’eau.

 

APPLICATION :

VOTRE MODELE DOIT ETRE SYSTEMATIQUEMENT VERNIS AVANT L’APPLICATION AFIN DE PRESERVER VOTRE TEINTE DE BASE.

Personnellement, j’utilise un pinceau triple « 000 ». Ensuite, vous venez déposer une goutte de votre jus dans le creux des lignes de structure. Vous verrez que par capillarité, votre jus se diffuse tout seul. Répétez l’opération jusqu’à l’effet désiré. Privilégiez les croisements de lignes de structure. Laissez sécher 15 mn. Ensuite, avec un chiffon doux légèrement imbibé d’essence F, essuyez votre modèle afin de retirer l’excédent. Vous devrez surement aussi utilisé des coton tiges pour nettoyer les endroits peu accessibles.

Attention, ce n’est pas la course…. Il faut mieux appliquer plusieurs fois un jus plutôt que dans mettre un gros « paté » d’un coup que vous allez avoir du mal à nettoyer…. Si au moment du nettoyage, vous retirez le jus appliqué, répétez l’opération…..

LE LAVIS :

Avec les mêmes peintures à l’huile, augmentez la dilution, c’est-à-dire 10% huile pour 90% d’essence F. A l’inverse du jus, appliquez ce lavis sur l’intégralité du kit. Il aura pour effet de fondre les couleurs, notamment en cas de camouflages. Vous pouvez également nettoyer certaines parties avec la même méthode.

 LE DRYBRUSH :

 Cette méthode très simple d’utilisation permet de rehausser les arêtes de vos modèle pour leurs donner de la profondeur.

 Matériel :

Peinture acrylique / Enamel / papier absorbant / Pinceau brosse.

8

 J'aime bien utiliser ces forme de pinceau pour le drybrush. Vous pouvez les confectionner vous même avec de vieux pinceau en coupant les poils à 3 ou 4 mm de la base.

Application :

Il s’agit là d’une méthode très simple. Choisissez la teinte que vous voulez utiliser pour votre drybrush. Mettez un peu de peinture sur la pointe de votre brosse. Essuyez ensuite celle-ci sur du papier absorbant. Il ne doit rester pratiquement plus de peinture sur votre pinceau. Le test est de passer votre doigt sur le pinceau et aucune trace de peinture ne doit apparaître.

 Ensuite, vous allez brosser votre modèle à des endroits particuliers : arêtes / boulons, etc…. Là aussi, allez-y doucement. N’appuyez pas votre pinceau trop fort sur le modèle. Il vaut mieux répéter l’opération plusieurs fois en cas de besoins jusqu’à obtenir l’effet désiré. Si vous essuyez mal votre pinceau, vous allez déposer des grosses traces de peinture sur votre modèle.

 Voici un exemple de drybrush chrome sur un de mes modèles. Le drybrush a été fait après la mise en peinture. En y allant doucement, vous voyez que les pigments ne se fixent que sur les parties saillantes de votre modèle.

112588641_o

On a souvent tendance à utiliser la couleur chrome pour le drybrush. A mon sens, celle-ci est trop vive et accroche beaucoup le regard. C’est à vous de choisir la bonne teinte et surtout celle qui vous plaît….

Eraillures et micro peinture :

Eraillures :

Plusieurs techniques sont applicables dans ce domaine. Personnellement, j’en utilise deux.

1/ J’applique sur mon kit aux endroits où je veux faire apparaître les éraillures la couleur correspondante (Avant le passage de la teinte de base). Ensuite, je viens appliquer ma teinte de base. Après séchage, je viens « gratter » avec la pointe d’un Xacto la teinte de base pour laisser apparaître la couleur correspondant aux éraillures. (Attention ne pas gratter trop fort)….

 

2/ J’utilise un morceau de mousse (matelas / coussins) couper en forme de triangle. Je mets un peu de peinture sur la pointe du triangle en mousse et je l’essuie ensuite sur du papier absorbant (même méthode que le drybrush). Ensuite, vous n’avez plus qu’à tamponner aux endroits voulus la couleur que vous avez choisi.

Attention avec cette méthode de ne pas laisser trop de peinture sur la mousse. Appliquer aussi légèrement, n’en mettez pas trop, vous risquez de passer à côté de l’effet escompté.

 On peut également utiliser la méthode de la peinture au sel ou à la laque (cela fera l’objet d’un autre article…).

LES SALISSURES DIVERSES :

On parle ici de traces d’huile, de fumées, de poussières, etc….

Personnellement, j’aime bien utilisé des pigments pour ce genre de travail. Vous en trouverez chez votre fournisseur de kits ou de matières premières de couleurs différentes.

Applications :

Les pigments s’appliquent au pinceau ou à la brosse. On peut effectuer des « trainées » ou alors déposer des petits de pigments en les fixant à l’essence F.

J’utilise très souvent des pigments Sienne naturel, Carbon black (traces de fumées des échappements) et marron oxyde de fer. Là encore, c’est selon vos goûts et selon la déco que vous voulez appliquer à votre modèle qui guidera le choix des couleurs.

Bien entendu, il vous faudra de l'entrainement pour exécuter ces méthodes. Si le maquettisme était faciloe, ça se saurait.

Je vous conseille d'effectuer des essais sur un vieux kits et de tester ces techniques. Avec votre savoir faire, vous y apporterez votre expérience.

En espérant que cela vous encouragera à dévuter dans le Weathering....

Pat